"Mauvaise loterie pour Lothar l'otarie ! "

SeaLion_Part_2_by_InsaneSeth2.jpg
Zz Smiley Familyland la rubrique des zunivers parallèles. Des mondes semblables au notre, ou presque ! Sauf que... sauf que... Pour cenuméro quatre de Virtual w@ib ce sont trois virtuals témoignages, trois virtuals expériences différentes les unes des autres qui pourtant ont un point commun, celui d'avoir ou de vouloir partager la vie du monde des êtres humains.
Vous découvrirez donc les virtuals témoignages de Lothar l'otarie de Californie qui après une grande carrière dans le monde du spéctacle a dû mettre fin à celle – ci suite à un accident du travail. Depuis lors Lothar peine beaucoup pour se reconvertir.

Octopus, la pieuvre du Pacifique qui après un petit succès dans le monde marin ambitionne de monter sur la terre ferme afin de connaître les humains... nous prendrons connaissance de ses motivations profondes fondatrices de ses rêves et espoirs. Pour finir le virtual témoignage de nos chers animaux domestiques. Ces derniers nous feront part de leurs inquiétudes sur l'inflation et la baisse du pouvoir d'achat de leurs maîtres. Tous les textes de cette rubrique sont des fictions qui s'appuient sur des informations vérifiables.:

(1) wikipedia-(2) www.protection-des-animaux.org-(3) www.technoscience.net (4) http://membres.lycos.fr/ccojw/totems/mamifères/pinnipedes/otarie.htm. Le dernier témoignage sur les animaux domestiques s'inspire du film d'animation de Nick Park des studios Aardman « l'avis des animaux » et de (5) wikipédia les chats et les chiens de fiction

Plein phare sur un « vieux de la vielle » :
Lothar l'otarie de Californie. Dans ses jeunes années il était le héros du dessin animé « Bibifoc » où il incarnait durant les années 80  le rôle d'un petit phoque.
 Plus tard il écuma durant de nombreuses années les parcs marins et les cirques ambulants. Lothar se distingua dans sa profession, faisant montre d'un talent hors pair dans le jonglage sur ballon et le saut acrobatique, très vite il se « tailla » une renommée internationale...
Puis mauvais coup du sort... une chute de ballon et le voilà avec deux pattes brisées... tout comme sa carrière par la suite d'ailleurs... Deux ans d'absence des circuits... deux années ponctuées par des séances de rééducation et de repos forcé... Deux années pénalisantes durant lesquelles le retour au métier s'avérait des plus difficile d'autant que Lothar avait perdu cette agilité qui jadis faisait son succès.
Ce dur retour à la réalité lui fit prendre conscience de la versatilité d'esprit dont l'espèce humaine peut faire preuve. Lothar qui habituellement est d'humeur peu farouche comme toute les otaries de Californie (4) se voit maintenant craintif vis à vis des humains.
Lothar rit volontiers à l'évocation de ses expériences passées auprès de l'homme mais au regard de son expérience actuelle ce serait plutôt d'un rire jaune...non sans humour il résume sa vie par une référence littéraire à Victor Hugo :
« Après avoir été un travailleur de la mer, je suis devenu maintenant un travailleur de l'amer ! » Et on peut le comprendre ! Après une vie gratifiante dans le monde artistique où poissons, céphalopodes et crustacés étaient pitance abondante tout comme les applaudissements et les contrats, si bien que ses employeurs et son public le surnommaient Lothar « l'otarie à fourrure »(4) en raison du beau train de vie qu'il menait... Mais maintenant ce serait plutôt « l'ours de mer »(4)...

Lothar désormais vit retranché dans une obscure marina qui de surcroît est polluée à l'acide domoïque !(2) ...vivant d'expédients, de petits boulots à droite à gauche... tour à tour chasseurs de mines pour l'armée américaine, puis sujet d'études scientifiques pour le commandant Cousteau ou pour le compte d'associations écologiques... Mais le plus souvent c'est de sa maigre pension d'invalidité qu'il tire sa subsistance. Celle-ci lui permettant de surnager afin de faire face au flot quotidien des factures à payer et aux crédits contractés.
L'otarie de Californie qui pourtant présente une aptitude au self-control(3) peut dans certaines situations faire exception à ce constat, c'est le cas pour Lothar. Devant la déchéance à laquelle l'espèce humaine l'a abandonnée, Lothar porte un regard sans équivoque sur l'homme et conclut par une déclaration lapidaire : « ...I'm a human being and i phoque zz homo sapien !... »

Par votre envoyé spécial Mikh Khrokhoczme

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.zzsmileyfamily.net/virtualw@ibblog/dotclear/index.php?trackback/15

Haut de page